Une écolière fabrique des fauteuils roulants pour les animaux et les envoie gratuitement à tout le monde

« Vous ne pouvez pas vivre en vain », déclare Kristina Stankova, une étudiante de 17 ans d’Ussouriysk, Primorsky Krai. La prise de conscience de cette simple vérité lui est venue à l’âge de 10 ans, et aujourd’hui la jeune fille regrette seulement qu’il soit si tard !

Avant la quatrième année, elle, comme la plupart des enfants de son âge, passait des heures après l’école à jouer à des jeux informatiques, mais aujourd’hui, elle considère cela comme une perte de temps. Pour le fait qu’elle soit devenue bénévole, Kristina est reconnaissante envers son gymnase.

Au début, la jeune fille est sortie avec ses amis aux subbotniks organisés par leur établissement d’enseignement, puis elle a rejoint diverses campagnes environnementales. En 2018, Kristina a entendu parler d’un refuge pour animaux local, a organisé ses amis, ils ont collecté de la nourriture, de la literie pour les animaux de compagnie du refuge et les ont emmenés.

Là, Kristina a vu un petit chien avec un nom bruyant Mukhtar, ses jambes étaient paralysées et le chien se déplaçait dans un fauteuil roulant importé, que des volontaires lui avaient acheté. La fille, rentrée chez elle, s’est assise devant l’ordinateur pour étudier des informations sur de tels dispositifs pour les animaux handicapés.

Ils étaient tous exclusivement fabriqués à l’étranger et incroyablement chers.

Christina a pensé au nombre d’animaux infirmes qui doivent être euthanasiés chaque année simplement parce que leurs propriétaires n’ont pas les moyens d’acheter de tels appareils pour faciliter le déplacement de leurs animaux de compagnie.

Et puis la décision est née : pourquoi ne pas essayer de développer votre propre design de poussette ? L’idée a été soutenue par le père et maintenant le premier prototype fait de tuyaux en propylène avec des roues d’un vieux landau est prêt.

Christina lui a cousu une base souple, qui soutiendrait le corps de l’animal. Mais quelle est la prochaine étape ? La jeune fille a décidé de porter son idée aux masses en créant une page sur Instagram. Ainsi, grâce au bouche à oreille, une vieille femme qui vit dans l’outback rural et qui avait un chien paralysé a découvert l’invention de Christina.

Ils ont téléphoné, les dimensions de la poussette se sont approchées et le premier produit de la jeune fille a non seulement trouvé son propriétaire, mais lui sert également à ce jour, près de trois ans plus tard. Grâce à Internet, de plus en plus de gens ont entendu parler de Christina et de son invention, ils l’ont appelée et ont demandé de l’aide.

Elle a précisé les dimensions et après l’école, elle s’est tenue devant la machine. L’écolière ne prend pas d’argent pour ses produits afin de gagner de l’argent pour les matériaux, elle a trouvé un emploi l’été. Pour la première année j’ai fabriqué 20 poussettes sur commande, et pour l’année suivante… 220 !

 

Bien sûr, Kristina n’aurait pas pu fabriquer autant de poussettes uniquement pour des raisons matérielles, mais de plus en plus souvent, elles ont commencé à transporter des roues de poussettes, à couper des tuyaux, du tissu. Et puis les colis ont volé littéralement de tout le pays.

Ils contiennent des matériaux, des lettres sincères et même des cadeaux. Une bonne action a uni et fait des amis le plus de gens d’âges et de professions différents. Et, bien sûr, les parents. Christina a une grand-mère et une mère très compatissantes, ce sont elles qui lui ont inculqué l’amour et la compassion pour les animaux.

Maman Olga n’a pas dû être invitée à emmener un chiot abandonné ou un oiseau blessé dans la maison, elle les a elle-même ramassés, sauvés, soignés …

Et il s’est avéré qu’aujourd’hui quatre chats, trois chiens vivent dans leur maison et il y a encore beaucoup de toutes sortes de petites créatures vivantes.

À propos du futur métier, Christina dit ceci : je deviendrai peut-être vétérinaire ou traductrice. Elle est très facile sur les langues.

Et la fille aime la musique, joue de plusieurs instruments. En tout cas, où qu’elle ait étudié après l’école, Christina n’a pas l’intention d’abandonner son entreprise, maintenant elle enseigne à sa jeune sœur Alexa afin de continuer à aider les animaux défavorisés à mener ensemble une vie active pleine.

Like this post? Please share to your friends:
Le Monde Animal