Une écolière s’allonge à côté d’un garçon malade pendant que toute la classe se moque du garçon : un geste qui rend fière la mère de la fille

Kristin Banga Adair vivait à Plant City, en Floride, avec son mari aimant et quatre adorables petits. Elle avait enseigné aux élèves de première année pendant plus de 16 ans et comprenait l’importance d’enseigner aux jeunes des leçons précieuses qui ne faisaient pas toujours partie de leur programme scolaire.

Une écolière s’allonge à côté d’un garçon malade pendant que toute la classe se moque du garçon : un geste qui rend fière la mère de la fille.

Un jour, elle s’est rendue à l’école de sa fille, Karington, pour la récupérer à l’heure de la pause. Adair jouait souvent à un jeu avec ses petits pour rendre le retour à la maison amusant et excitant.

Rappelant les détails du jeu intéressant qu’Adair a joué avec ses enfants, elle a partagé :
« En rentrant de l’école, mes enfants et moi jouons au « jeu des hauts et des bas ». Nous nous disons notre haut de la journée  et notre bas (quelque chose qu’ils changeraient) de la journée. »

La résidente de Plant City a révélé que sa fille de 12 ans lui avait dit quelque chose qui l’emportait sur tout le reste et lui faisait les larmes aux yeux.

Elle était non seulement déconcertée, mais aussi sans voix et a déclaré qu’elle avait fait de son mieux pour retenir ses larmes.
Selon Adair, l’histoire de sa fille a commencé par « Maman, j’ai fait pleurer un enseignant aujourd’hui ». Au moment où la mère de quatre petits a entendu ces mots, sa première pensée était négative.

La mère a dit qu’elle ne voulait pas douter de sa douce fille, mais une partie d’elle a commencé à se demander ce que Karington avait fait qui avait fait pleurer l’enseignante. Elle essayait toujours de comprendre les mots de sa fille quand elle a été interrompue.

Il s’est avéré que Karington n’avait pas fini de raconter toute l’histoire. Ensuite, elle a parlé à sa mère d’un garçon de sa classe d’art qui avait le syndrome de Tourette, une maladie qui fait que les gens font des sons involontaires et des mouvements répétitifs qui ne peuvent pas être facilement contrôlés.

Karington a dit à sa mère que tout le monde se moquait du garçon parce qu’il faisait des choses bizarres. Adair a écouté attentivement pendant que sa fille continuait l’histoire adorable. Elle a rappelé les détails de sa conversation avec Karington:

« Aujourd’hui, il est tombé par terre – c’est l’une des choses qu’il fait. J’ai regardé autour de moi et tous ces élèves se moquaient de lui, alors je me suis approché de lui et je me suis couché avec lui. La classe a cessé de rire. »

Selon Karington, une enseignante suppléante (la mère du garçon) passait à ce moment-là et a été témoin de tout le moment. Les larmes aux yeux, l’enseignante est entrée dans la salle d’art, a remercié Karington et l’a serrée dans ses bras. Le jeune a en outre déclaré:

« Maman, ce câlin était si serré, il était plus serré que les câlins de tante Jenna ! Elle n’arrêtait pas de dire que j’étais une fille adorable et me remerciait encore et encore. »

Après avoir entendu l’histoire touchante de sa fille, Adair a été submergée par une myriade d’émotions. Elle était non seulement déconcertée, mais aussi sans voix et a déclaré qu’elle avait fait de son mieux pour retenir ses larmes.

La fière maman a raconté comment sa fille l’a regardée, a remarqué les larmes dans ses yeux et a tout compris. De plus, Adair a également révélé comment la gentillesse de sa jeune fille a touché son âme :

« Il n’y a rien que mon petit puisse faire qui me rendrait plus fier – rien ! Ni tableau d’honneur, ni talent incroyable, ni être un athlète vedette, ni quoi que ce soit que nous considérons comme extraordinaire. Rien de mieux que de défendre ce qui est juste et faire preuve de compassion et d’empathie envers les autres. »

En plus d’être fière de sa jeune fille, Adair a également adressé un message puissant aux mères d’élèves ayant des besoins spéciaux. Elle leur a assuré qu’il y a des gens attentionnés qui défendent toujours ce qui est juste.

En outre, Adair a également demandé aux parents de parler avec leurs petits de sujets importants tels que l’autisme, le syndrome de Tourette, le racisme, etc. Elle a exhorté les parents à partager leurs propres histoires et sentiments avec les petits pour les aider à façonner leur personnalité et à en faire des humains responsables et compatissants.

S’appuyant sur son expérience d’enseignante, Adair a souligné l’importance d’inculquer la compassion et l’empathie aux jeunes.

Like this post? Please share to your friends:
Le Monde Animal